Quels placements choisir en 2017 ?

Quels placements choisir en 2015 ?Plafonnement global des niches fiscales, nouvelles tranches d’impôt sur le revenu, hausse des prélèvements sociaux, rabot, … chaque année depuis 2009 les Lois de Finances successives durcissent la fiscalité et réduisent les possibilités de défiscalisation.

La Loi de Finances 2017 n’a pas dérogé à la règle et a apporté son lot de mesures douloureuses. Dans ce contexte, bien choisir ses investissements parmi les offres disponibles sur le marché nécessite une attention accrue. Il faut en effet tenir compte des rendements attendus mais aussi de la fiscalité de chaque support pour faire des choix adaptés à la situation de chacun.

Nous avons sélectionné 7 placements, tant financiers qu’immobiliers, qui devraient en 2017 continuer à tirer leur épingle du jeu. 

1. La loi Pinel

En vigueur depuis le 1er janvier 2017, il s’agit d’une évolution de la loi Duflot. Pour soutenir la construction de logements neufs, le gouvernement octroie aux investisseurs une économie d’impôt en échange d’une mise en location respectant des plafonds de loyer et de ressources des locataires.

  • Pour qui ? Tous les contribuables imposés à plus de 3500 € par an et disposant d’une capacité d’épargne.
  • Avantages : récupération de 12%, 18% ou 21 % de la valeur de l’investissement sous forme d’économies d’impôt sur 6, 9 ou 12 ans et constitution sur le long terme d’un capital ou d’une rente de revenus futurs.
  • Points de vigilance : emplacement de l’immeuble, prix de vente et plafond de loyers imposé par la loi.

Notre sélection de produits loi Pinel

2. Le monument historique

Investir dans un bien exceptionnel, classé à l’inventaire national des Monuments Historiques c’est possible. C’est même une bonne solution pour défiscaliser fortement des revenus sur une période d’un à trois ans. Les avantages fiscaux tirés d’un investissement en monuments historiques ne sont en plus pas concernés par le plafonnement global des niches fiscales.

  • Pour qui ? Les contribuables fortement imposés (tranches à 41% et au-delà) ou ayant un pic de revenus exceptionnels.
  • Avantages : imputation sans limite de temps ni de montant des travaux et intérêts d’emprunt sur le revenu imposable. Constitution d’un patrimoine de qualité, sur un produit immobilier résistant à toutes les modes et fluctuations.
  • Points de vigilance : demande locative locale, prix des travaux et solidité de l’opérateur.

Notre sélection de Monuments Historiques

3. L’immobilier Outre-Mer

Comme en métropole, l’investissement dans l’immobilier neuf outre-mer est productif d’économies d’impôt pour le contribuable investisseur. L’investisseur a en outre le choix entre 2 régimes fiscaux : la loi Pinel outre-mer et la loi Girardin. Il doit faire l’arbitrage en fonction de ses revenus et du prix au m² du bien acheté. Les investissements outre-mer bénéficieront en 2017 d’un plafond global de niches fiscales plus favorable (18 000 €).

  • Pour qui ? Les contribuables imposés à partir de 10 000 € par an, ayant pour objectif premier la rentabilité de leur investissement.
  • Avantages : entre 23% et 32% de la valeur du bien sous forme d’économies d’impôt, étalées entre 5 et 12 ans selon l’option fiscale choisie. Constitution rapide d’un capital avec un effort d’épargne limité.
  • Points de vigilance : Emplacement du projet, demande locative, niveau de loyer proposé et alignement du prix de vente avec le marché local.

Notre sélection de produits immobiliers neufs Outre-Mer

4. La nue-propriété

L’investissement en démembrement de propriété, qui consiste à acheter la nue-propriété d’un bien grevé d’un usufruit temporaire d’une durée de 12 à 20 ans, est une formule qui connait un formidable essor depuis le début de l’année 2012. Les avantages fiscaux, sur l’impôt sur le revenu comme sur l’ISF, ne sont pas soumis au plafond de 10 000 €. Cet outil peut aussi être utilisé dans une optique de transmission.

  • Pour qui ? Des particuliers désireux de se constituer un patrimoine immobilier sur long terme et disposant d’épargne à investir sur le projet ou sur l’adossement d’un prêt.
  • Avantages : la nue-propriété ne rentre pas dans l’assiette du patrimoine à l’IS et les intérêts d’un éventuel emprunt sont déductibles de revenus fonciers. L’acquisition d’une nue-propriété permet aussi de réaliser un investissement immobilier sans les aléas locatifs.
  • Points de vigilance : prix de la pleine propriété, modalités de calcul du démembrement, répartitions des charges et obligations entre le nu-propriétaire et l’usufruitier.

Notre sélection de produits en démembrement

5. Le dispositif Girardin industriel

Le principe de cet investissement, dont la pérennité est acquise jusqu’en 2017 est de financer l’acquisition de biens industriels en outre-mer, en contrepartie d’un avantage fiscal. Il ne s’agit pas d’un placement à proprement parler mais d’un dispositif permettant de réduire son impôt sur le revenu d’une année sur l’autre. Ce dispositif bénéficie aussi du plafond majoré des investissements outre-mer.

  • Pour qui ? Tout contribuable payant a minima 5000 € d’impôt, désireux d’alléger sa facture fiscale et disposant de la trésorerie nécessaire pour payer son impôt avec un an d’avance.
  • Avantages : réduction d’impôt de 112% à 120% du montant de l’investissement, en fonction de la période de l’année où la souscription est réalisée.
  • Points de vigilance : qualité du monteur de l’opération, type de matériel financé, support et garanties éventuelles en cas de contrôle fiscal.

Notre sélection de placements en Girardin industriel

6. L’assurance-vie

La hausse des prélèvements libératoires sur les produits d’épargne bancaires (livrets ou comptes à terme) ainsi que la suppression des abattements sur les produits de cession sur les comptes de titre laissent l’assurance-vie comme l’un des seuls produits d’épargne fiscalement protégés. Il s’agit d’autre part d’un véritable « couteau suisse » de l’épargne financière dans la mesure où les contrats modernes offrent la possibilité de souscrire une très large gamme de supports.

  • Pour qui ? tout le monde ! Il n’y a pas de barrière à l’entrée sur un contrat d’assurance-vie, on peut souscrire avec quelques centaines d’euros. La détention d’un contrat d’assurance-vie devrait constituer la base de tout patrimoine financier.
  • Avantages : Pas de taxation des produits non rachetés, fiscalité limitée à 15% après 4 ans, 7,5% au-delà de 8 ans de détention. Fiscalité de la transmission optimisée : abattement de 152 500 € par bénéficiaire, 20% jusqu’à 902 838 €, 25% au-delà, quelque soient les liens entre assuré et bénéficiaire.
  • Points de vigilance : Frais sur versements et frais de gestion, performance du fonds en euros et diversité des supports éligibles sur le contrat.

Notre sélection d’assurance-vie

7. Les FIP / FCPI

Les FIP (fonds d’investissement de proximité) et les FCPI (Fonds commun de placement dans l’innovation) sont des fonds investissant dans des PME non cotées. En contrepartie d’un risque et d’une durée de détention, l’investisseur bénéficie d’un avantage fiscal, qui peut s’imputer sur l’impôt sur le revenu ou sur l’ISF.

  • Pour qui ? Les contribuables désireux de diversifier leurs avoirs tout en optimisant leur fiscalité. L’investisseur doit aussi avoir la capacité à immobiliser ses fonds sur plusieurs années.
  • Avantages : Pour l’impôt sur le revenu : réduction d’impôt de 18% de la somme investie limitée à 24 000 € pour un couple. Pour l’ISF, 50% de réduction limitée à 18 000 € pour 26 000 € investis. Une rentabilité finale importante est aussi possible, mais en contrepartie d’un risque non négligeable de perte en capital.
  • Points de vigilance : Frais d’entrée sur le fonds, stratégie d’investissement du fonds, « track record » de la société de gestion en investissements non cotés.

Notre sélection de FIP Notre sélection de FCPI