Comment placer son épargne en 2019 ?

Choisir le support sur lequel placer son épargne est un choix compliqué. Il existe en effet une multitude d’offres possibles, des plus simples aux plus complexes. Les modalités de fonctionnement des différents produits mais aussi leurs fiscalités ne sont pas toujours aisées à appréhender.

Comment placer son épargne ?

Avant d’étudier toute offre d’épargne, il faut se poser la question de l’objectif poursuivi et de son échéance. Cherche-t-on à se prémunir contre un besoin soudain de trésorerie ? L’objectif est-il d’acquérir à terme un bien immobilier, de financer les études des enfants ? Doit-on pouvoir disposer très rapidement de ses liquidités ?

Il existe autant de solutions d’épargne que de situations personnelles. Il n’y a donc pas une mais de nombreuses bonnes réponses à la question « Comment placer son épargne en 2019 ? ».

Voici nos recommandations pour placer son épargne face à des situations fréquemment rencontrées en gestion de patrimoine :

Épargne de précaution

Il s’agit d’une somme conservée par un ménage pour faire face à un « coup dur », une situation imprévue, se traduisant par un besoin immédiat de trésorerie. Ce type d’épargne doit être à la fois sécurisé, liquide et mobilisable très rapidement.

Le montant de l’épargne de précaution dépend évidemment du niveau de vie du ménage, de ses engagements et des risques de perte de revenu. Ainsi un entrepreneur élevant seul 3 enfants devra se constituer une épargne de précaution supérieure à un couple de professeurs sans enfant à charge. Quoi qu’il en soit, il est prudent de conserver entre 10 000 € et 30 000 € d’épargne dite de précaution.

Les meilleurs supports pour placer son épargne de précaution sont les livrets défiscalisés de type Livret A ou Livret de Développement Durable. Leur rémunération est limitée (0,75 % depuis le 1er août 2015 et à coup sûr jusqu’au 1er février 2020) mais ils présentent d’autres avantages :

  • Aucun risque en capital et rémunération certaine
  • Aucune fiscalité
  • Disponibilité immédiate des fonds

Les plafonds de versements ayant été augmentés au cours des années passés, chaque particulier peut détenir 34 950 € d’avoirs sur un Livret A et un LDD, ce qui est largement suffisant comme épargne de précaution. Il faut néanmoins noter qu’il est strictement défendu de détenir plus d’un Livret A et d’un LDD par personne.

Il est possible de placer son épargne en un versement unique ou de mettre en place des versements réguliers sur des livrets A ou LDD.

Notre sélection de placements d’épargne

Épargner pour un projet

Pour financer une acquisition immobilière, les études de ses enfants ou l’achat d’un objet de collection, il faut souvent mettre en place un programme d’épargne sur plusieurs années. Dans ce cas, l’épargnant connait, au moins approximativement la date à laquelle il voudra disposer de son épargne. Il peut donc se permettre une part d’illiquidité dans ses placements.

D’un point de vue fiscal, l’assurance-vie est probablement le meilleur support d’épargne. Cette enveloppe fiscale bénéficie en effet de conditions particulièrement avantageuses de taxation des produits :

  • Les produits non rachetés (retirés) ne sont pas taxables, hormis aux prélèvements sociaux sur la part en fonds en Euros
  • Chaque rachat (retrait) est réputé contenir une part de capital et une part de produits, dans les mêmes proportions que la valeur du contrat. Ainsi la part taxable d’un rachat est-elle limitée par ce mécanisme.
  • La taxation des plus-values est particulièrement favorable. Elle est sauf exception forfaitairement fixée à 30 %, prélèvements sociaux inclus, dite « flat tax ». Des systèmes d’abattement supplémentaires existent dès lors que l’assurance vie a plus de 8 ans d’existence
  • Aussi, dès qu’il s’agit d’épargner sur le moyen/long terme, l’assurance-vie est-elle un support à privilégier.

Aussi, dès qu’il s’agit d’épargner sur le moyen/long terme, l’assurance-vie est-elle un support à privilégier.

En matière d’allocation, le temps permet le risque. Tout contrat d’assurance-vie multi-supports offre la possibilité d’investir une quote-part des sommes versées sur des unités de comptes (fonds d’actions, obligations, produits structurés, …).
En fonction du temps qui le sépare de son projet et de sa propre aversion au risque, l’épargnant pourra décider d’affecter une part plus ou moins importante de ses fonds sur des unités de comptes qu’il choisira au regard du potentiel qu’elles offrent et du risque supporté en contrepartie.
D’une manière générale, il conviendra sur une épargne de moyen terme de mixer des fonds d’actions et d’obligation, ces derniers étant par nature moins volatiles.

Sur une épargne long-termiste, le PEA peut être un support à envisager. Comme son nom l’indique il s’agit d’un Plan d’Epargne en Actions. Par définition, le marché des actions est particulièrement volatile : il faut donc être prêt à supporter des mouvements à la hausse comme à la baisse particulièrement importants.

Notre sélection d’Assurance-vie

Constituer un capital pour la retraite

L’épargne de retraite est typiquement une épargne progressive et de long terme. Face aux incertitudes des rentes versées par les régimes obligatoires de retraite, de nombreux actifs se constituent une cagnotte qu’ils débloqueront le moment venu pour compléter leurs revenus.

Dans la mesure où le terme de cette épargne est lointain (généralement plus de 10 ans), l’épargnant devra privilégier les placements sur des supports en actions. En effet, bien qu’elle soit la plus risquée, la classe d’actifs « actions » est sur le long terme la plus rentable. D’autre part, l’épargne retraite étant généralement constituée de façon progressive et régulière (exemple 300 €/ mois), le fait d’acheter à chaque versement les mêmes valeurs permet d’en moyenner le prix d’achat. En d’autres termes, si les valeurs montent, le portefeuille s’apprécie, et si elles descendent on achète à meilleur compte. Pour l’investisseur novice ou en tous cas ne pouvant pas consacrer trop de temps à la sélection de valeurs, nous recommandons l’utilisation de fonds (SICAV ou FCP) d’investissement.

Au fur et à mesure que l’épargnant se rapproche de son départ en retraite, c’est-à-dire du terme de son épargne, il doit sécuriser celle-ci afin de s’assurer de sa disponibilité et de sa liquidité le moment venu. Une solution consiste par exemple à arbitrer chaque année ses plus-values sur un fonds sans risque afin de les sécuriser définitivement. Une autre stratégie peut être, à partir de l’année N-10 avant le terme, d’arbitrer chaque année 5 % de l’épargne vers un fonds sans risque. Ainsi, au moment du départ en retraite, l’épargnant aura un capital sécurisé à 50 %.

En matière de supports d’investissement, l’assurance-vie est de nouveau l’enveloppe à privilégier pour placer son épargne car elle regroupe de nombreux avantages : souplesse des versements, panel de fonds d’investissement quasiment illimité, fonds en Euros à capital garanti et cadre fiscal avantageux dans le cadre d’une éventuelle succession.

On peut aussi décider d’épargner sur un contrat dédié à la retraite, loi Madelin ou PERP, pour bénéficier d’avantages fiscaux pendant la période de constitution de l’épargne. Les avantages fiscaux sont majeurs mais il faut être conscient que les sommes placées ne seront véritablement déblocables qu’à la retraite et principalement sous forme de rente.

Notre sélection de placements retraite

Epargner pour défiscaliser

Outre la possibilité de défiscaliser en investissant sur des supports dédiés (PERP, Madelin) il existe deux autres possibilités, le dispositif dit Girardin Industriel et les FCPI (Fonds Communs de Placement dans l’Innovation) ou les FIP (Fonds d’Investissement de Proximité)

Le dispositif dit Girardin Industriel est un dispositif de défiscalisation « one-shot », particulièrement adapté dès lors qu’on dispose d’épargne court-terme permet moyennant un investissement à fond perdu de récupérer lors de sa déclaration de revenu entre 110 et 120% de la somme investie. Il existe des limités liées au plafonnement global des niches fiscales et au risque éventuel sur ce type d’opération : le choix de l’opérateur est absolument fondamental.

Les FCPI et FIP permettent d’avoir une réduction d’impôts de 18 % des sommes investies (maximum 12000€ sur chaque dispositif un célibataire ou 24000 € pour un couple). Ces outils ne sont utilisables dès lors qu’on est prêt à épargner sur du moyen terme (les sommes sont généralement bloquées 7 ans) et qu’on accepte une certaine part de risque : Les sommes investies peuvent dévier à la baisse. Là encore le choix du fournisseur est absolument crucial.

Notre sélection de placements défiscalisant

Conclusion

Pour placer son épargne en 2019, le choix de l’enveloppe fiscale et des supports d’investissement dépend largement de l’objectif de l’investisseur et de ses attentes propres. Pour autant, dans tous les cas, l’épargnant doit respecter les règles suivantes :

  • Diversification : Dès que l’épargne placée est significative en regard du patrimoine, il est indispensable de la ventiler sur plusieurs supports d’investissement, certains risqués pour rechercher une certaine rentabilité et d’autres moins pour limiter la volatilité du portefeuille.
  • Disponibilité : Tant que possible il faut privilégier des supports souples, non bloquants. Entre le terme initialement pensé d’une épargne et le besoin réel de disponibilité de celle-ci, il peut y avoir des écarts importants liés à des événements dans la vie de l’épargnant.
  • Souplesse : Le monde bouge, et de plus en plus vite. Les crises majeures de 2000 puis 2008 et dans une moindre mesure les mouvements boursiers fin 2018 démontrent que les situations établies n’existent plus. Lors du choix d’un mode d’épargne, il est indispensable de s’assurer que les fonds peuvent être aisément transférer d’un support risqué à un support sécurisé.